15/11/2009

Royaume universel de YHVH - Le Paradis sera bientôt établi sur la terre

FACE aux problèmes environnementaux et sociaux qui accablent la planète, qui ne souhaiterait pas voir la terre transformée en paradis ?

monde en péril

Quand Dieu a créé le premier homme et la première femme, Adam et Ève, il les a placés dans un jardin magnifique. Bien sûr, ce jardin ne serait pas resté paradisiaque sans entretien. C’est pourquoi Dieu avait demandé au premier couple humain de " le cultiver et [de] s’en occuper ".

Genèse 2:8-9 En outre, Jéhovah Dieu planta un jardin en Éden, vers l’est, et il y mit l’homme qu’il avait formé. Ainsi Jéhovah Dieu fit pousser du sol tout arbre désirable à voir et bon à manger, et aussi l’arbre de vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bon et du mauvais.

Genèse 2:15 Et Jéhovah Dieu prit alors l’homme et l’installa dans le jardin d’Éden pour le cultiver et pour s’en occuper.

Toutefois, le dessein de Dieu pour la terre ne se limitait pas à l’entretien de ce jardin originel. Dieu souhaitait que la terre tout entière soit transformée en un paradis. C’est pourquoi il a donné cet ordre à Adam et Ève :

Genèse 1:28 : Soyez féconds et devenez nombreux, remplissez la terre et soumettez-la ; tenez dans la soumission les poissons de la mer, et les créatures volantes des cieux, et toute créature vivante qui se meut sur la terre. ’”

 

 

Malheureusement, un ange orgueilleux s’est opposé au dessein de Dieu. Cette créature, connue plus tard sous le nom de Satan, désirait vivement qu’Adam et Ève l’adorent. S’exprimant par l’intermédiaire d’un serpent, il les a entraînés dans la rébellion contre la domination divine (Genèse 3:1-6; Apocalypse 12:9). Au lieu de détruire Satan sur-le-champ, Jéhovah a permis à la rébellion de Satan de se poursuivre jusqu’à nos jours car Jéhovah sait qu’il sera profitable à tous les humains et à tous les anges honnêtes de voir que Satan et les autres rebelles ont échoué (Rom. 9:14, 17, 20, 22-24), que Satan est menteur (Job 1:9-12 ; 2:4-6) et que les humains ne sont pas capables de se diriger eux-mêmes (Jérémie 10:23). Au cours des milliers d’années de leur histoire, les humains ont pu essayer toutes les formes de gouvernement. Ils ont fait des progrès dans le domaine de la science et dans d’autres domaines, mais l’injustice, la pauvreté, la criminalité et la guerre sont pires que jamais. Les résultats qu’ils ont obtenus attestent que l’indépendance vis-à-vis de Dieu, préconisée par Satan, est un échec total.

Jérémie 10:23 : Je sais bien, ô Jéhovah, qu’à l’homme tiré du sol n’appartient pas sa voie. Il n’appartient pas à l’homme qui marche de diriger son pas.

Si Jéhovah intervenait dans les affaires humains n’aurait-il pas donné à penser que les humains sont peut-être capables de se diriger eux-mêmes sans conséquences catastrophiques ? N’aurait-il pas été complice d’un mensonge ? Or il est impossible que Dieu mente. C’est pour ça que Dieu n’a jamais aidé Satan à diriger le monde. (Jn 12:31; 14:30; 1 Jean 5:19; Ép 2:2)

Hébreux 6:18 : afin que, par deux choses immuables dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, nous qui nous sommes enfuis dans le refuge, nous ayons un puissant encouragement à saisir l’espérance qui est placée devant nous.

Pour mettre fin à la rébellion, Dieu a pourvu un Sauveur pour l’humanité lorsqu’il a envoyé son Fils bien-aimé, Jésus Christ, nous enseigner la meilleure façon de vivre et donner sa vie pour nous (Jean 3:16). Jésus ne méritait pas la mort mais Dieu a utilisé sa mort comme base légale pour racheter ce qu’Adam et Ève avaient perdu, c’est-à-dire la perspective de vivre éternellement sur une terre paradisiaque (Romains 5:19; Romains 6:23; 1 Corinthiens 15:45-47).  

La Terre a été formée pour être habitée 

Genèses 1:27, 28 : “Dieu se mit à créer l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa; il les créa mâle et femelle. En outre, Dieu les bénit et Dieu leur dit: ‘Soyez féconds, et devenez nombreux, et remplissez la terre, et soumettez-la, et tenez dans la soumission les poissons de la mer, et les créatures volantes des cieux, et toute créature vivante qui se meut sur la terre.’”

Tel était donc le dessein de Dieu: les descendants d’Adam et Ève devaient remplir la terre, la transformer en paradis et en prendre soin. Après avoir conçu et réalisé cette demeure extraordinaire pour l’homme, après en avoir fait une planète différente de toutes celles qu’on peut observer au télescope ou depuis un vaisseau spatial, le Créateur allait-il tout bonnement abandonner son dessein, le laisser inaccompli à tout jamais à cause du péché d’Adam?

Ésaie 45:18 : “Voici ce qu’a dit Jéhovah, le Créateur des cieux, Lui, le vrai Dieu, celui qui a formé la terre et qui l’a faite, Lui, celui qui l’a solidement établie, qui ne l’a pas créée pour rien, qui l’a formée pour être habitée: ‘Je suis Jéhovah et il n’y en a pas d’autre.’”

 

La Terre survivra-t-elle ?

Notre planète ne sera pas détruite par un cataclysme, de quelque nature que ce soit. Pourquoi pouvons-nous en être sûrs ? Parce que Dieu a garanti que la terre subsisterait pour toujours.

 

 

Ecclésiaste 1:4 : Une génération s’en va, et une génération vient ; mais la terre tient pour des temps indéfinis.

Psaume 104:5 :Il a fondé la terre sur ses lieux fixes ; elle ne chancellera pas pour des temps indéfinis, oui pour toujours.

 

La perspective de nouveaux cieux et d’une nouvelle terre. 

Isaïe 66:22 : “Car tout comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre que je fais se tiennent devant moi ”, c’est là ce que déclare Jéhovah, “ ainsi se tiendront là votre descendance et votre nom. 

2 Pierre 3:13 : “Mais nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, et dans ceux-ci habitera la justice. 

Il était nécessaire que Dieu établisse d’abord les "nouveaux cieux" pour instaurer l’ordre nouveau qu’il a promis. Mais quelle est cette "nouvelle terre" qu’il crée ? Tout comme les "nouveaux cieux" ne signifient pas de nouvelles planètes et de nouvelles étoiles dans le ciel, la "nouvelle terre" n’implique pas une planète terrestre nouvelle et différente sous nos pieds. L’établissement des "nouveaux cieux" exige que Satan et ses anges ou démons soient dépossédés de leur domination céleste sur l’humanité.

Luc 4:6 : “et le Diable lui dit : “ Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de [ces royaumes], parce qu’il m’a été livré, et je le donne à qui je veux.’

Jean 12:31 : “Maintenant a lieu un jugement de ce monde ; maintenant le chef de ce monde sera jeté dehors.

1 Jean 5:19 : “Nous savons que nous venons de Dieu, mais que le monde entier se trouve au pouvoir du méchant.

2 Corinthiens 4:4 : “chez qui le dieu de ce système de choses a aveuglé l’intelligence des incrédules, pour que la lumière de la glorieuse bonne nouvelle concernant le Christ, qui est l’image de Dieu, ne puisse percer.

De même que le “ monde (terre) d’impies ” ancien qui existait aux jours de Noé a été détruit quand il a été submergé par l’eau. Pareillement, la fondation d’une "nouvelle terre" requiert la disparition de l’actuelle société humaine inique (Psaumes 37:10), opposée au Royaume de Dieu, qui offre ses services à Satan le Diable, le dieu invisible du présent monde

2 Pierre 2:5 : “et s’il ne s’est pas retenu de punir un monde ancien, mais a préservé Noé, prédicateur de justice, avec sept autres, quand il a amené un déluge sur un monde d’impies ;

2 Pierre 3:6 : “et que par ces [moyens] le monde d’alors a été détruit quand il a été submergé par l’eau.

 

“ que ton royaume vienne 

Matthieu 6:9-10 : Vous devez donc prier ainsi : “ ‘ Notre Père dans les cieux, que ton nom soit sanctifié. Que ton royaume vienne. Que ta volonté se fasse, comme dans le ciel, aussi sur la terre.’”

CETTE prière célèbre, connue de beaucoup sous le nom de Notre Père, donne un espoir aux humains. En quel sens ?

Comme l’indique le Notre Père, grâce au Royaume, la volonté de Dieu sera faite sur la terre aussi sûrement qu’elle est actuellement réalisée dans le ciel. Et la volonté de Dieu, c’est de rétablir le Paradis sur terre (
Révélation 21:1-5).

 

Dieu promet depuis longtemps que les humains qui choisissent de lui obéir résideront pour toujours et en paix sur cette terre.

Psaume 37:9 : Car les malfaiteurs seront retranchés, mais ceux qui espèrent en Jéhovah, ceux-là posséderont la terre.

Psaume 37:11 : Mais les humbles posséderont la terre, et vraiment ils se délecteront de l’abondance de paix.

Psaume 37:29 : Les justes posséderont la terre, et sur elle ils résideront pour toujours.

Proverbes 2:21 : Car les hommes droits sont ceux qui résideront sur la terre, et les hommes intègres sont ceux qui y resteront.

Matthieu 5:5 : “Heureux ceux qui sont doux de caractère, puisqu’ils hériteront de la terre.

Conformément au dessein originel de Dieu, la terre entière deviendra un paradis.

Isaïe 11:6-9 : Oui, le loup résidera quelque temps avec l’agneau, et le léopard se couchera avec le chevreau, et le veau et le jeune lion à crinière et l’animal bien nourri, tous ensemble ; et un petit garçon les conduira. La vache et l’ourse pâtureront ; ensemble se coucheront leurs petits. Et même le lion mangera de la paille comme le taureau. Oui, le nourrisson jouera sur le trou du cobra ; et sur la lucarne du serpent venimeux l’enfant sevré mettra vraiment sa main. On ne fera aucun mal et on ne causera aucun ravage dans toute ma montagne sainte, car vraiment la terre sera remplie de la connaissance de Jéhovah comme les eaux recouvrent la mer.

Isaïe 35:1-2 : Le désert et la région aride exulteront, la plaine désertique sera joyeuse et fleurira comme le safran. À coup sûr, elle fleurira et vraiment elle sera joyeuse avec allégresse et avec des cris de joie. Oui, la gloire du Liban lui sera donnée, la splendeur du Carmel et du Sharôn. Il y aura ceux qui verront la gloire de Jéhovah, la splendeur de notre Dieu.

Isaïe 65:21-24 : Oui, ils bâtiront des maisons et [les] habiteront ; oui, ils planteront des vignes et mangeront [leurs] fruits. Ils ne bâtiront pas pour qu’un autre habite, ils ne planteront pas pour qu’un autre mange. Car les jours de mon peuple seront comme les jours d’un arbre ; et ceux que j’ai choisis profiteront pleinement de l’œuvre de leurs mains. Ils ne peineront pas pour rien, ils n’auront pas des enfants pour le trouble ; car ils sont la descendance composée des bénis de Jéhovah, et leur lignée avec eux. Et vraiment il arrivera ceci : avant qu’ils crient, moi je répondrai ; alors qu’ils parleront encore, moi j’entendrai.

Psaume 72:16 : Il y aura abondance de grain sur la terre ; sur le sommet des montagnes, ce sera la profusion. Son fruit sera comme au Liban, et ceux qui sont de la ville fleuriront comme la végétation de la terre.

Mika 4:4 : Vraiment, ils seront assis chacun sous sa vigne et sous son figuier, et il n’y aura personne qui [les] fasse trembler ; car la bouche même de Jéhovah des armées [l’]a dit.

Le sacrifice de Jésus prendra effet pour complet, YHVH Dieu délivrera l’humanité de l’étau de la souffrance, de la maladie et de la mort, qui la retient prisonnière depuis des milliers d’années. Plus de maladies ! Plus de handicaps ! Plus de mort !  Sous la domination du Royaume, ils vivront éternellement (Révélation 22:1-3).

 

Isaïe 35:5-6 : À cette époque s’ouvriront les yeux des aveugles, et s’ouvriront les oreilles des sourds. À cette époque le boiteux grimpera comme le cerf, et la langue du muet poussera des cris de joie. Car des eaux auront jailli dans le désert et des torrents dans la plaine désertique.

Révélation 21:3-4 : Alors j’ai entendu une voix forte venant du trône dire : “ Voyez ! La tente de Dieu est avec les humains, et il résidera avec eux, et ils seront ses peuples. Et Dieu lui-même sera avec eux. Et il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus ; ni deuil, ni cri, ni douleur ne seront plus. Les choses anciennes ont disparu. ’”

Après le grand et redoutable jour de YHVH (l’Har-Maguédôn), l’humanité choisie sera dirigée par un seul gouvernement, le Royaume de Dieu, celui-ci détruira bientôt les gouvernements humains, et la terre deviendra un paradis (Daniel 7:14; Révélation 16:14, 16).

YHVH Dieu a en effet pris la disposition magnifique de mettre en place un gouvernement céleste pour diriger tous les humains, et il a établi son Fils, Jésus Christ ressuscité, Roi de ce Royaume. Ce Roi messianique qui a été établi pour régner sur la famille humaine pendant un millénaire après que Satan le Diable et ses démons auront été enchaînés et jetés dans l’abîme, ce Roi-là n’agira pas comme un chef incapable (Révélation 20:1-6). Après avoir dirigé la terre pendant mille ans, Satan et ses démons seront supprimés (Révélation 20:1-3) le dernier ennemi, la mort, sera finalement détruit (1Co 15:24-28) et à ce moment-là Jésus s’inclinera devant l’autorité universelle de YHVH en lui remettant le Royaume, en se soumettant lui-même “à Celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit toutes choses pour tous”. (1Co 15:24-28; Jn 5:19, 30; 8:28; 14:28; Ph 2:5-8.)

Mais que dire de ceux qui sont morts, des êtres chers qu’on a perdus par exemple? À propos de ces autres humains, Jésus lui-même a dit à Marthe que, ‘même s’ils meurent, ils viendront à la vie’. (Jean 11:25.) Cette résurrection aura lieu sur la terre. Durant le règne du Christ et des 144 000 rois et prêtres qui lui seront associés dans les cieux, des millions et des millions de morts dont Dieu se souvient en bien seront relevés et auront la possibilité d’apprendre à pratiquer le vrai culte, celui de YHVH. S’ils se montrent fidèles, ils obtiendront la récompense de la vie éternelle dans un paradis qui s’étendra sur toute la terre. Ces événements se dérouleront durant le “dernier jour” dont Marthe a parlé quand elle a souscrit à l’affirmation de Jésus, affirmation selon laquelle son frère Lazare serait ramené à la vie. — Rév. 20:6; 14:1, 3; Jean 5:28, 29; 11:24; Luc 23:43.

(lien à visiter :  http://bible-et-science.skynetblogs.be/post/7250390/jehovah-a-cree-la-terre-a-fin-detre-habitee )

16:34 Écrit par cr dans Après la vie | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

03/11/2009

Un peuple sur qui est invoqué le nom divin

Dieu, le Personnage le plus important de tout l’univers, a un nom. Quel est-il? Ce nom célèbre apparaît environ 7 000 fois dans la Bible. Par exemple, Psaume 83:18 le mentionne ainsi: “Toi, dont le nom est Jéhovah, tu es, toi seul, le Très-Haut sur toute la terre. En Israël, l’ancien peuple de Dieu, le nom divin occupait une place très honorée. Ils étaient connus partout comme étant le peuple qui adorait YHVH et sur qui son nom était invoqué.

(2 Chroniques 7:14) et si mon peuple sur qui a été invoqué mon nom s’humilie, s’il prie, cherche ma face et revient de ses voies mauvaises, alors moi, j’entendrai depuis les cieux, je pardonnerai leur péché et je guérirai leur pays.

En parlant de cette nation, on ne disait pas qu’elle adorait ‘le Seigneur’ ou ‘Dieu’, mais on lui associait toujours le nom de YHVH. En fait, les Écritures font ressortir le contraste qui existait entre Israël et “les royaumes qui n’invoquent pas ton nom”. — Ps. 79:6 ; Jér. 10:25.

Les archéologues ont découvert des documents qui confirment la Bible en attestant des peuples tels que les Egyptiens et les Moabites, identifiaient l’ancien peuple de Dieu, les Israélites, comme étant le « peuple de Jéhovah ».

Les Egyptiens

Quand Dieu se servit de Moïse pour délivrer Israël des mains du cruel pharaon d’Égypte, il fit connaître son nom d’une façon spectaculaire. Pharaon, en effet, s’exclama d’un ton provocant: “Qui est Jéhovah pour que j’obéisse à sa voix en renvoyant Israël?” (Exode 5:2). YHVH lui montra alors qui il était. Après avoir affligé l’Égypte de dix plaies dévastatrices, YHVH le vrai Dieu fit sortir son peuple de ce pays et partagea miraculeusement les eaux de la mer Rouge pour lui livrer passage. Mais l’élite de l’armée du pharaon périt dans ces mêmes eaux, lorsqu’elles se refermèrent sur les Égyptiens, les engloutissant tous.

YHVH démontra ainsi que son nom illustre est lié à son dessein de sauver ceux qui l’aiment et qui lui obéissent. Dieu le déclare lui-même plus de soixante fois par l’intermédiaire de son prophète Ézéchiel, ‘assurément ils sauront que je suis Jéhovah. — Ézéchiel 38:23.

La colonne de Soleb

En 1963, l’égyptologue et archéologue italienne Michela Giorgini, fait la découverte du temple d’Amun à Soleb (Soudan) datant de l’époque d’Amenophis III (1391-1353 avant notre ère). Ce temple qui est situé sur la rive gauche du Nil, à environ cinq cents kilomètres d'Assouan, Nubie,  attire notre attention sur ses colonnes massives dépeignant des captifs aux multiples origines les mains liées derrière leur dos. Sur le pourtour circulaire de chacune de ces colonnes figure aussi une inscription en hiéroglyphes indiquant  le dieu de chacun de ces prisonniers. Parmi ces nombreuses colonnes, il y en a une qui attire particulièrement notre attention car elle représente un esclave (prisonnier) israélite avec les mains attachées derrière le dos et la mention du “tétragramme” du Dieu de la Bible «YHWH» en caractères hiéroglyphes.

  

Détails du nom sur l’écusson :

 

Dans l’ordre correct :
t3 s3 sw w / y h w3 (w)

Certains spécialistes soulignent à juste titre que les voyelles égyptiennes ne sont pas très bien connues. Cependant, ce n’est pas le cas pour les mots d’origine étrangère car les Égyptiens utilisaient pour les mots d’origine étrangère une sorte d’alphabet standard avec des “matres lectionis” semi-consonnes utilisées comme voyelles. Dans ce système on prononce : “3” = “a”; w = u en ÿ = i.


En utilisant ce système, le hiéroglyphe ci-dessus se lit ainsi :
ta sasûw yehûa(w)


Ce qui se traduit en français par : “
le pays des nomades, ceux de Yehua(w). ”

L’expression “Shasus”, utilisée par les Égyptiens, se rapporte aux nomades vivant sous leur tente dans la région nord du Sinaï. À partir du 15ème siècle avant notre ère jusqu’au 12ème siècle avant notre ère les colons hébreux conquérant la Palestine étaient appelés “Hapirus”. Le mot “Apiru” ou “‘Habiru” signifie “nomades” dans les langues sémitiques.

 Yehua(w)”  ne peut pas s’identifier à un toponyme inconnu car les noms de lieux étaient souvent dérivés de noms. La preuve ce sont les endroits avec des noms tels que : pays de Juda (Deutéronome 34:2) et pays de Ramsès (Genèse 47:11). Ou si l’on fait référence aux toponymes du Moyen-Orient de cette époque : pays de Jakob-El, pays de Josep-El, pays de Lewi-El, etc.

Jean Leclant, orientaliste, égyptologue français et spécialiste de l'histoire et la civilisation pharaonique, écrit ceci : “ Il est évident que le nom sur l’écusson de Soleb dont nous discutons correspond au tétragramme du Dieu de la Bible « YHWH ». ” Il ajoute : “ Le nom de Dieu apparaît ici pour la première fois comme nom d’un lieu. ” D’après Gérard Gertoux, hébraïsant tétragrammiste et Doctorant en Archéologie et histoire des mondes anciens “ le Nom de Dieu se prononce Y.eH.oW.aH.”

 

Les Moabites

Au Xe siècle avant notre ère, Mésa, roi de Moab, un ennemi d’Israël, fit inscrire le nom divin sur sa stèle, qui a été découverte en 1868 à l’Est du Jourdain, à Dhibân, au N. de la vallée d’Arnôn et qui est exposée au musée du Louvre, à Paris. Elle présente la version du roi moabite Mésa de sa révolte contre Israël (voir 2R 1:1 ; 3:4, 5).

 

 

En hébreu ancien les mots étaient constitués de consonnes et se lisait de droite à gauche. La stèle est écrite dans une langue proche de l’hébreu. C’est de toute logique puisque les Moabites étaient les descendants de Lot, neveu d’Abraham. Non seulement cette stèle mentionne Omri, roi d’Israël, mais à la 18e ligne elle porte également le nom de Dieu sous la forme du Tétragramme.

Nous pouvons lire:

« C’est moi, Mesha, fils de Kamosh(gad), roi de Moab, le Dibonite. Mon père a régné trente ans sur Moab et moi, j’ai régné après mon père. J’ai construit ce sanctuaire pour Kamosh de Qerihoh, (sanctuaire) de salut car il m’a sauvé de tous les agresseurs et il m’a fait me réjouir de tous mes ennemis. Omri fut roi d’Israël et opprima Moab pendant de longs jours, car Kamosh était irrité contre son pays. Son fils lui succéda et lui aussi il dit : “J’opprimerai Moab”. De mes jours, il a parlé (ainsi), mais je me suis réjoui contre lui et contre sa maison. Israël a été ruiné à jamais. Omri s’était emparé du pays de Madaba et (Israël) y demeura pendant son règne et une partie du règne de son fils, à savoir quarante ans : mais de mon temps Kamosh l’a habité. J’ai bâti Ba’al-Me’on et j’y fis le réservoir, et j’ai construit Qiryatan. L’homme de Gad demeurait dans le pays de ’Atarot depuis longtemps, et le roi d’Israël avait construit ’Atarot pour lui-même. J’attaquai la ville et je la pris. Je tuai tout le peuple de la ville pour réjouir Kamosh et Moab. J’emportai de là l’autel de Dodoh et je le traînai devant la face de Kamosh à Qeriyot où je fis demeurer l’homme de Saron et celui de Maharot. Et Kamosh me dit : “Va, prends Neboh à Israël”. J’allai de nuit et je l’attaquai depuis le lever du jour jusqu’à midi. Je la pris et je tuai tout, à savoir sept mille hommes et garçons, femmes, filles et concubines parce que je les avais voués à ’Ashtar-Kamosh. J’emportai de là les vases de YHVH et je les traînai devant la face de Kamosh. Le roi d’Israël avait bâti Yahas et il y demeura lors de sa campagne contre moi. Kamosh le chassa de devant moi. Je pris deux cents hommes de Moab, tous ses chefs, et j’attaquai Yahas et je la pris pour l’annexer à Dibon. J’ai construit Qerihoh, le mur du parc et celui de l’acropole, j’ai construit ses portes et ses tours. J’ai bâti le palais royal et j’ai fait les murs de revêtement du réservoir pour les eaux, au milieu de la ville. Or, il n’y avait pas de citerne à l’intérieur de la ville, à Qerihoh, et je le dis à tout le peuple : “Faites- vous chacun une citerne dans votre maison”. J’ai fait creuser les fossés (autour) de Qerihoh par les prisonniers d’Israël. J’ai construit Aro’er et j’ai fait la route de l’Arnon. J’ai construit Bet-Bamot, car elle était détruite. J’ai construit Bosor, car elle était en ruine, avec cinquante hommes de Dibon, car tout Dibon m’était soumis. J’ai régné ... cent avec les villes que j’ai ajoutées au pays. J’ai construit ... Madaba, Bet-Diblatan et Bet-Ba’al-Me’on. J’ai élevé là ....troupeaux du pays. Et Horonan où demeurait ... Et Kamosh me dit : “Descends et combats contre Horonan”. J’allai (et je combattis contre la ville et je la pris ; et) Kamosh y (demeura) sous mon règne .... de là ... C’est moi qui ... » (Textes du Proche-Orient ancien et histoire d’Israël, par J. Briend et M.-J. Seux, Paris, 1977, p. 90, 91).

La Stèle de Mésha énumère aussi de nombreux lieux mentionnés dans la Bible : Ataroth et Nebo (Nb 32:34, 38) ; l’Arnôn, Aroër, Médeba et Dibôn (Jos 13:9) ; Bamoth-Baal, Beth-Baal-Méôn, Yahats et Qiriathaïm (Jos 13:17-19) ; Bétser (Jos 20:8) ; Horonaïm (Is 15:5) ; Beth-Diblathaïm et Qeriyoth (Jr 48:22, 24). Elle confirme donc l’historicité de tous ces lieux.

 

Jésus et ses disciples l’utilisaient.

Ainsi, à l’époque de Jésus et de ses disciples, le nom divin figurait bel et bien dans les copies des Écritures, tant dans les manuscrits hébreux que dans les manuscrits grecs. Jésus et ses disciples employaient-ils le nom divin à l’oral et à l’écrit ? Puisque Jésus condamna les traditions pharisaïques (Mt 15:1-9), il ne serait pas du tout logique de penser que Jésus et ses disciples se soient en l’affaire laissé guider par les conceptions des Pharisiens (comme celles rapportées par la Mishna). Le nom même de Jésus signifie “ YHVH est salut ”. Il déclara : “ Je suis venu au nom de mon Père ” (Jn 5:43) ; il apprit à ses disciples à prier : “ Notre Père dans les cieux, que ton nom soit sanctifié ” (Mt 6:9) ; ses œuvres, il les faisait, selon ses propres termes, ‘ au nom de son Père ’ (Jn 10:25) ; et la nuit qui précéda sa mort, il dit dans une prière qu’il avait manifesté le nom de son Père à ses disciples et demanda : “ Père saint, veille sur eux à cause de ton nom. ” (Jn 17:6, 11, 12, 26). Compte tenu de tout cela, lorsque Jésus citait les Écritures hébraïques ou en donnait lecture, il utilisait à coup sûr le nom divin, YHVH (comparer Mt 4:4, 7, 10 avec Dt 8:3 ; 6:16 ; 6:13 ; également Mt 22:37 avec Dt 6:5 ; Mt 22:44 avec Ps 110:1 ; et Lc 4:16-21 avec Isaïe 61:1, 2). Logiquement, les disciples de Jésus, parmi lesquels les rédacteurs inspirés des Écritures grecques chrétiennes, suivaient son exemple dans ce domaine.

 

Qu’en est-il de nos jours ?

De nos jours, à l’exemple des anciens serviteurs fidèles de Dieu, les vrais chrétiens utilisent le nom de Dieu. La religion que vous pratiquez le fait-elle ? Si elle s’en abstient, il se pourrait fort bien qu’elle ne soit pas la vraie religion, car Dieu dit : “Mon peuple connaîtra mon nom.”(És. 52:6) Non seulement ses serviteurs connaîtraient ce nom, mais ils le connaîtraient en tant que nom glorifié grâce aux hauts faits accomplis par Dieu lui-même. La Bible dit encore qu’avant la venue du grand et redoutable jour de Jéhovah : “Quiconque invoquera le nom de Jéhovah sera sauvé.” (Rom. 10:13; Joël 2:31-32). Ce commandement s’applique donc particulièrement aux vrais serviteurs de Dieu qui, de nos jours, vivent avant la venue du grand et redoutable jour de YHVH ce qui signifie au “temps de la fin”. Il importe donc que vous fréquentiez ceux qui exaltent le nom de Dieu et le traitent avec respect !

01/11/2009

Le nom personnel de Dieu, un nom pour des temps indéfinis

Le nom de Dieu en lettres hébraïques figure plus de 7 000 fois dans les Saintes Écritures.

 

Le nom personnel de Dieu ?

(Exode 3:15) Puis Dieu dit encore à Moïse : “ Voici ce que tu diras aux fils d’Israël : ‘ YHWH le Dieu de vos ancêtres, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob, m’a envoyé vers vous. ’ C’est là mon nom pour des temps indéfinis et c’est là mon mémorial de génération en génération.

(Isaïe 42:8) “ Je suis YHWH. C’est là mon nom ; et je ne donnerai ma gloire à aucun autre ni ma louange aux images taillées.

(Isaïe 54:5) “ Car ton Grand Auteur est ton propriétaire-époux, YHWH des armées est son nom ; et le Saint d’Israël est ton Racheteur. Il sera appelé le Dieu de toute la terre.

(Psaume 83:18) pour qu’on sache que toi, dont le nom est YHWH, tu es, toi seul, le Très-Haut sur toute la terre !

Remarque : YHWH (héb. : יהוה) est le nom personnel de Dieu (Is 42:8; 54:5; Ps 83:18), et est présenté sous la forme de quatre consonnes yōḏ (י), (ה), wāw (ו) (ה), communément appelées le Tétragramme (du grec tétra- = “ quatre ”, et gramma =“ lettre ”).  YHWH signifie littéralement "JE SERAIS CE QUE JE SERAIS" (’Èhyèh ’Ashèr ’Èhyèh) du verbe héb. hawah ["être" ou "devenir"] à l’imparfait de la forme causative.  On pourrait comprendre la signification de son nom personnel par : "Quel que soient la situation ou le besoin, Dieu "deviendra" la solution qui s'impose c’est-à-dire que par une action en cours, YHWH "se ferait devenir" tout ce que la réalisation de ses promesses nécessiterait qu'il soit." 

Seul le vrai Dieu “YHWH” peut à juste titre et indiscutablement porter un tel nom

(Deutéronome 6:4) “ Écoute, ô Israël ! YHWH notre Dieu est un seul YHWH.

(Psaume 83:18) pour qu’on sache que toi, dont le nom est YHWH, tu es, toi seul, le Très-Haut sur toute la terre !

(Isaïe 45:18) Car voici ce qu’a dit YHWH, le Créateur des cieux, Lui, le [vrai] Dieu, Celui qui a formé la terre et qui l’a faite, Lui, Celui qui l’a solidement établie, qui ne l’a pas créée tout simplement pour rien, qui l’a formée pour être habitée : “ Je suis YHWH, et il n’y en a pas d’autre.

Remarque : Tout ce qui est adoré peut être appelé dieu, étant donné que l’adorateur lui attribue une puissance supérieure à la sienne et le vénère. On peut même faire de son ventre un dieu (Rm 16:18 ; Ph 3:18, 19). La Bible dit qu’il y a beaucoup de dieux (Ps 86:8 ; 1Co 8:5, 6), mais elle montre que les dieux des nations sont des dieux sans valeur (Ps 96:5). Dans les Écritures hébraïques, le même mot (’Èlohim) est appliqué à Jéhovah, le vrai Dieu, mais aussi à de faux dieux, tels le dieu philistin Dagôn (Jg 16:23, 24 ; 1S 5:7) et le dieu assyrien Nisrok (2R 19:37). Un Hébreu ne pouvait manifestement se contenter de dire à un Philistin ou à un Assyrien qu’il adorait “ Dieu [Èlohim] ” pour identifier le Personnage à qui allait son culte car chacun considérait aussi son dieu comme étant “ Èlohim”. Ce qui différenciait donc véritablement le vrai Dieu des faux dieux, c’était son nom personnel, יהוה   Ps. 83:18. Voilà pourquoi il apparaît si souvent dans la Bible (bien que de nombreuses traductions omettent le nom divin).

Le nom personnel de Dieu subsistera pour toujours

(Exode 3:15) Puis Dieu dit encore à Moïse : “ Voici ce que tu diras aux fils d’Israël : ‘ YHWH le Dieu de vos ancêtres, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob, m’a envoyé vers vous. ’ C’est là mon nom pour des temps indéfinis et c’est là mon mémorial de génération en génération.

(Psaume 72:17) Que son nom soit pour des temps indéfinis ; que devant le soleil son nom s’accroisse, et que par son moyen ils se bénissent ; que toutes les nations le déclarent heureux.

(Psaume 135:13) Ô YHWH, ton nom est pour des temps indéfinis. Ô YHWH, ton mémorial est de génération en génération.

(Isaïe 63:12) Celui qui fit aller à la droite de Moïse Son bras magnifique ; Celui qui fendit les eaux devant eux, pour se faire un nom de durée indéfinie ;

 

Les superstitions juives à l’égard du nom divin

DEPUIS des siècles, le judaïsme enseigne que le nom divin, YHWH, est trop saint pour être prononcé. De nombreux théologiens ont estimé qu’il était irrespectueux de s’adresser au glorieux Créateur de façon aussi familière, affirmant même que cela constituait une violation du troisième des Dix Commandements, qui interdit de ‘ prendre le nom de l’Éternel en vain ’. (Bible à la Colombe) La Mishna (IIIe siècle de notre ère) affirme que “ celui qui prononce le nom divin selon les lettres qui le composent ” n’aura “ pas part au monde futur ”. — Sanhédrin X, 1.

Il est aussi relaté qu’on aurait voulu empêcher les peuples non juifs d’avoir connaissance du nom, de peur qu’ils ne l’emploient à tort. Toutefois, Jéhovah lui-même déclara que ‘ son nom serait proclamé dans toute la terre ’ (Ex 9:16 ; voir aussi 1Ch 16:23, 24 ; Ps 113:3 ; Ml 1:11, 14), afin que même ses adversaires le connaissent (Is 64:2). Le décret de Dieu contre l’utilisation abusive de son nom a donc été tourné en superstition. Si le nom divin est si peu utilisé, c’est uniquement à cause des traditions humaines, non des enseignements bibliques.

Il est intéressant de noter qu’au sein de la chrétienté, de nombreux traducteurs de la Bible ont respecté l’esprit de cette tradition juive. Par exemple, on peut lire dans la préface d’une Bible anglaise (The New Oxford Annotated Bible) : “ L’emploi d’un nom propre pour désigner le seul vrai Dieu, comme s’il existait d’autres dieux dont il faudrait le distinguer, a commencé à être abandonné dans le judaïsme avant l’ère chrétienne et n’est pas approprié pour la foi universelle de l’Église chrétienne. ” Dans cette traduction, le mot “ LORD ” (“ SEIGNEUR ”) est par conséquent substitué au nom divin.

Mais que penser de l’interdiction formulée dans le troisième des Dix Commandements ? Exode 20:7 stipule avec force : “ Tu ne dois pas prendre le nom de YHWH ton Dieu de manière indigne, car Jéhovah ne laissera pas impuni celui qui prendra son nom de manière indigne. ”

Que signifie exactement prendre le nom de Dieu “ de manière indigne ” ? Un commentaire biblique (The JPS Torah Commentary, publié par la Jewish Publication Society), explique que le terme hébreu rendu ci-dessus par “ de manière indigne ” (la-shaw’) peut signifier “ faussement ” ou “ pour rien, en vain ”. Le même ouvrage de référence poursuit : “ L’ambiguïté [de ce terme hébreu] laisse place à deux interprétations : l’interdiction du parjure par les parties lors d’un procès (le faux serment) ou celle de l’emploi inutile ou frivole du Nom divin. ”

Ce commentaire juif souligne très justement que ‘ prendre le nom de Dieu de manière indigne ’ signifie utiliser ce nom d’une manière inconvenante. Mais peut-on considérer comme “ inutile ou frivole ” le fait de prononcer le nom de Dieu lorsqu’on aide quelqu’un à le connaître ou lorsqu’on s’adresse à son Père céleste dans la prière ? Le point de vue de YHWH est exprimé en Psaume 91:14 : “ Parce qu’il a mis son affection sur moi, je vais aussi le faire échapper. Je vais le protéger parce qu’il a appris à connaître mon nom. ”

La Bible ne recommande pas seulement l’emploi respectueux du nom divin ; elle en fait une obligation ! En Isaïe 12:4a, le peuple de Dieu lance cet appel sans équivoque : “ Rendez grâces à Jéhovah. Invoquez son nom. ” Parlant de ceux qui encourent le jugement de Dieu, le psalmiste écrit : “ Déverse ta fureur sur les nations qui ne t’ont pas connu, et sur les royaumes qui n’ont pas invoqué ton nom. ” — Psaume 79:6 ; voir aussi Proverbes 18:10 ; Tsephania 3:9.

Ainsi, bien que certains refusent de prononcer le nom glorieux d’YHWH à cause d’une mauvaise interprétation du troisième commandement, ceux qui aiment vraiment Dieu désirent invoquer son nom. En toute occasion opportune, ils ‘ font connaître parmi les peuples ses manières d’agir, mentionnant que son nom est élevé ’. — Isaïe 12:4b.

DEPUIS des siècles, le judaïsme traditionnel interdit strictement à ses fidèles de prononcer le nom divin, or si Jéhovah n’avait pas voulu que l’homme prononce son nom, il aurait pu le lui interdire expressément. Pourtant, la Bible n’interdit nulle part d’employer le nom divin de façon digne ou de le prononcer. D’ailleurs, il n’était pas rare dans les temps bibliques, que le nom soit couramment employé par les israélites des temps bibliques dans la vie quotidienne, dans les salutations d’usage et dans les bénédictions. Par exemple on peut lire dans un passage biblique :  Et, voyez, Boaz arriva de Bethléhem et se mit à dire aux moissonneurs : “ Jéhovah soit avec vous. ” Et ils lui disaient : “ Jéhovah te bénisse. ” Ruth 2:4 (Genèse 12:8; Ruth 2:4; 4:11, 14).

Les découvertes de Tel Arad, une cité perdue aux inscriptions anciennes,  recoupent une longue période de l’histoire biblique, qui court de l’époque des juges d’Israël à l’invasion de Juda par les Babyloniens, en 607 avant notre ère (ce qui confirme l’exactitude de la Bible). Elles apportent également un témoignage puissant sur la façon dont on considérait le nom personnel de Dieu dans l’Israël antique. Sur ce site, les archéologues ont découvert une collection de fragments de poteries qui avaient servi de supports d’écriture. Sur certains figurent des noms que l’on trouve également dans la Bible ; on y rencontre même le nom personnel de Dieu qui était couramment employé. Par exemple, une inscription se lit ainsi : “ À mon maître Élyashib. Que YHWH [Jéhovah] veille sur ta prospérité. [...] le temple de YHWH, lui, il habite. ”

 

En réalité, Dieu a souvent condamné ceux qui faisaient oublier son saint nom à son peuple. — Jérémie 23:26, 27; Psaume 44:21, 22 

Les superstitions juives à l’égard du nom divin démythifiées par les ‘lettres de Lakish’.

La célèbre ville fortifiée de Lakish est citée plus de 20 fois dans la Bible. Elle était située à 45 kilomètres à l’ouest-sud-ouest de Jérusalem. Les ruines de cette ville ont été en grande partie mises au jour. En 1935, dans la salle de garde d’une double loge, on a trouvé 18 ostraca ou tessons de poteries couverts d’écriture (on en a découvert encore 3 autres en 1938). Il s’agit de lettres écrites en caractères hébreux archaïques. Cette collection de 21 ostraca est connue sous le nom de Lettres de Lakish. Lakish fut l’une des dernières forteresses de Juda à résister à Neboukadnetsar, mais elle fut réduite en un monceau de ruines entre 609 et 607 av. n. è. Les lettres révèlent le caractère alarmant de la situation. Elles semblent avoir été écrites depuis un poste avancé des troupes de Judée à l’adresse de Yaosh, commandant militaire de Lakish. Voici un extrait de l’une de ces lettres (numéro IV) : “ Que Yahvé [YHWH, Jéhovah] fasse entendre à mon seigneur aujourd’hui même des nouvelles de bonheur ! [...] nous observons le feu-signal de Lakish selon tous les signes qu’a donnés mon seigneur, mais nous ne voyons pas Azéqah. ” C’est là une étonnante confirmation de Jérémie 34:7, où il est question de Lakish et d’Azéqa comme des deux dernières villes fortifiées. Selon cette lettre, Azéqa était déjà tombée. Le nom divin, sous la forme du Tétragramme, apparaît fréquemment dans les Lettres de Lakish, ce qui prouve que le nom de Jéhovah était quotidiennement employé par les Juifs de l’époque.

 

 

Une autre lettre (numéro III) débute ainsi : “ Que Yahvé [YHWH] fasse entendre à mon seigneur des nouvelles de paix [...]. Et à ton serviteur on a transmis ceci : ‘ Le chef d’armée, Konyahu [Konia], fils d’Elnatan, est descendu pour aller en Égypte ’ et Hodawyahu [Hodavia], fils d’Ahiyahu [Ahiya], et ses hommes il (les) a envoyés prendre [des vivres] d’ici. ” Cette lettre semble confirmer que Juda est allé demander du secours en Égypte, en violation du commandement de Jéhovah et pour sa propre destruction (Is. 31:1 ; Jér. 46:25, 26). Les noms Elnatan [Elnathân] et Hoshiyahu [Hoshaïa], qui apparaissent dans le texte intégral de cette lettre, figurent aussi en Jérémie 36:12 et 42:1. Trois autres noms mentionnés dans les Lettres de Lakish se trouvent également dans le livre biblique de Jérémie ; ce sont Guemaria, Néria et Yaazania. — Jér. 32:12 ; 35:3 ; 36:10. On remarquera particulièrement que le Tétragramme est souvent utilisé dans ces ostraca, preuve qu’à l’époque les Juifs ne répugnaient pas à employer le nom divin.

YHWH lui-même souhaite depuis les temps anciens que son nom soit proclamé dans toute la terre et que même ses adversaires le connaissent pour que les nations s’agitent à cause de lui.

(Exode 9:16) Mais, en fait, c’est pour cela que je t’ai laissé exister : c’est pour te faire voir ma force et afin qu’on proclame mon nom dans toute la terre. (Repris en Romains 9:17)

(1 Rois 8:43) toi, puisses-tu écouter depuis les cieux, le lieu fixe où tu habites, et tu devras agir selon tout ce pour quoi l’étranger t’appellera ; afin que tous les peuples de la terre apprennent à connaître ton nom, pour te craindre, comme fait ton peuple Israël, et pour savoir que ton nom a été invoqué sur cette maison que j’ai bâtie.

(2 Chroniques 6:33) alors toi, puisses-tu écouter depuis les cieux, du lieu fixe où tu habites, et tu devras agir selon tout ce pour quoi l’étranger t’appellera ; afin que tous les peuples de la terre connaissent ton nom et qu’ils te craignent, comme fait ton peuple Israël, et qu’ils sachent que ton nom a été invoqué sur cette maison que j’ai bâtie.

(Isaïe 12:4) Oui, vous direz en ce jour-là : “ Rendez grâces à YHWH. Invoquez son nom. Faites connaître parmi les peuples ses manières d’agir. Mentionnez que son nom est élevé.

(Isaïe 64:2) comme lorsque le feu allume les broussailles, [et] que le feu fait bouillir l’eau, afin de faire connaître ton nom à tes adversaires, pour que les nations s’agitent à cause de toi !

(Tsephania 3:9) Car alors je changerai la [langue] des peuples en une langue pure, pour qu’ils invoquent tous le nom de YHWH, pour qu’ils le servent épaule contre épaule. ’

Le contraste qui existe entre :

- les véritables adorateurs de « YHWH »

(Daniel 9:19) Ô YHWH, entends. Ô YHWH, pardonne. Ô YHWH, prête attention et agis. Ne tarde pas, à cause de toi, ô mon Dieu, car ton nom a été invoqué sur ta ville et sur ton peuple. ”

(Isaïe 43:6-7) Je dirai au nord : ‘ Rends ! ’ et au sud : ‘ Ne retiens pas. Fais venir mes fils de loin et mes filles de l’extrémité de la terre,  tous ceux qui sont appelés de mon nom et que j’ai créés pour ma gloire, que j’ai formés, oui que j’ai faits. ’

Remarque : En Israël, l’ancien peuple de Dieu, le nom divin occupait une place très honorée Cela était agréable au vrai Dieu. Pour exprimer son approbation, il appelait les Israélites “mon peuple sur qui est invoqué mon nom”. (II Chron. 7:14). Les Israélites le prononçaient dans la pratique de leur culte et quand ils lisaient les Écritures, dans les conversations quotidiennes ainsi que dans leurs rapports avec les autres nations. Aussi étaient-ils connus partout comme étant le peuple qui adorait YHWH.

- ceux qui n’invoquent pas son nom car ils ne tiennent aucun compte du véritable Dieu « YHWH »

(Psaume 79:6) Déverse ta fureur sur les nations qui ne t’ont pas connu, et sur les royaumes qui n’ont pas invoqué ton nom.

(Jérémie 10:25) Déverse ta fureur sur les nations qui n’ont tenu aucun compte de toi, et sur les familles qui n’ont pas invoqué ton nom. Car elles ont dévoré Jacob. Oui, elles l’ont dévoré, et elles continuent à l’exterminer ; et elles ont désolé sa demeure.

Jésus et les disciples l’utilisaient également

(Matthieu 6:9) “ Vous devez donc prier ainsi : “ ‘ Notre Père dans les cieux, que ton nom soit sanctifié.

(Jean 12:28) Père, glorifie ton nom. ” Une voix vint donc du ciel : “ Et je [l’]ai glorifié, et je [le] glorifierai de nouveau. ”

(Jean 17:6) “ J’ai manifesté ton nom aux hommes que tu m’as donnés du milieu du monde. Ils étaient à toi, et tu me les as donnés, et ils ont observé ta parole.

(Jean 17:12) Quand j’étais avec eux, je veillais sur eux à cause de ton nom que tu m’as donné ; et je les ai gardés, et aucun d’eux n’est détruit, excepté le fils de destruction, afin que [la parole de] l’Écriture s’accomplisse.

(Jean 17:26) Et je leur ai fait connaître ton nom et je le ferai connaître, afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux et moi en union avec eux. ”

Remarque : 

 

Le nom de Jésus signifie “ YHVH est salut ”.

Lorsque Jésus citait les Écritures hébraïques ou en donnait lecture, il utilisait à coup sûr le nom divin : « Yehowah ».

Matthieu 4:4, 7, 10

Deutéronome 8:3 ; 6:16 ; 6:13 

Matthieu 22:37

Deutéronome 6:5 

Matthieu 22:44

Psaumes 110:11

Luc 4:16-21  

Isaïe 61:1, 2

Le nom divin dans votre prénom ?

Parmi les noms de personnages bibliques bien connus qui, dans leur forme hébraïque, sont construits à l’aide du nom « YHWH » ou de sa forme poétique “Jah”, citons Ésaïe, Ézéchias, Joab, Josias, Jokébed (mère de Moïse), Néhémie, Obadiah, Sophonie et Zacharie, etc. De nombreux prénoms bibliques sont encore à la mode aujourd’hui. Parfois, leur étymologie hébraïque comprend le nom personnel de Dieu. Voici quelques exemples de prénoms et leur signification. Le vôtre y figure peut-être.


Jeanne — “ YHWH a été compatissant ”

Joël — “ YHWH est Dieu ”

Jean — “ YHWH a témoigné de la faveur ”

Jérémie — “ YHWH élève ”

Joachim — “ YHWH a établi ”

Jonathan — “ YHWH a donné ”

Joseph — “ Que Yah ajoute# ”

Josias — “ YHWH a guéri ”

Josué  — “ YHWH est salut ”

Zacharie — “ YHWH s’est souvenu ”


# “ Yah ” est une forme abrégée de “ YHWH ”. Yah apparaît 50 fois dans les Écritures hébraïques, 26 fois seul et 24 fois dans l’expression “ Alleluia ”, qui est, littéralement, l’injonction à un nombre conséquent de personnes de ‘ louer Yah ’. Dans les Écritures grecques chrétiennes, “ Yah ” apparaît quatre fois, dans l’expression “ Alleluia ”. (Ré 19:1, 3, 4, 6.) Le monosyllabe Yah est habituellement lié aux sentiments les plus profonds exprimés dans la louange et le chant, la prière et la supplication, et se rencontre généralement dans les textes qui évoquent l’allégresse après une victoire ou une délivrance, ou qui reconnaissent la main puissante et la force de Dieu. Dans le livre de la Révélation, des créatures célestes ponctuent à plusieurs reprises leurs louanges à Jéhovah par cette expression où il est question de la joie que soulèvent la destruction de Babylone la Grande et le début du règne de YHWH sur la Terre. — Ré 19:1-6. 

Les adorateurs du vrai Dieu sont déterminés à marcher au nom de YHWH leur Dieu pour toujours 

(Mika 4:5) Car tous les peuples, eux, marcheront chacun au nom de son dieu, mais nous, nous marcherons au nom de YHWH notre Dieu pour des temps indéfinis, oui pour toujours.

Remarque : Toute individu conscient ou pas sert un dieu. Si tous n’adorent pas aujourd’hui un dieu proprement dit, certains idolâtrent de l’argent, des acteurs, des hommes politiques, des sportifs, voire eux-mêmes. Oui, leur ventre peut être leur dieu (Phil. 3:18, 19). Il en est qui adorent directement Satan le Diable, alors que d’autres le servent sans le savoir (I Jean 5:19.) De même, les membres de la Chrétienté basés sur la fausse croyance de la Trinité croyant que Jésus est le vrai Dieu disent marcher au nom de Jésus, mais s’ils marchaient réellement au nom de Jésus ne devraient-ils pas adorer seulement le vrai Dieu YHWH comme Jésus lui-même le faisait et exhortait à le faire ? (Mt 4:10, Dt 5:9) YHWH cherche de vrais adorateurs qui l’adorent avec esprit et vérité et non dans le mensonge (Jean 4:23). Prenons aussi exemple des musulmans à l’exemple de Mohammed déclarent marcher au nom d’Allah qui pour eux est le véritable nom de Dieu. "Allah" est-il le nom propre de Dieu? Non, car tout bon dictionnaire vous apprendra qu’Allah est la forme abrégée d’un terme arabe qui signifie “le dieu”. De toute évidence, ce n’est donc pas un nom propre. Il est également important  de signaler qu’en Arabie et dans le reste du Moyen Orient "ce mot d'origine sémitique"  était déjà employé pour désigner une ou plusieurs divinités païennes, tel que le culte à "Baal" ou encore au "Dieu Lune", la preuve c'est qu’avant l'avènement de l'Islam, le père de Mohammed s'appelait Abd'Allah (le serviteur de Dieu), or le dieu que les arabes adoraient à l'époque était le "Dieu Lune" [Hubal]. Bien que le nom de "YHWH" revienne plus de 7000 fois dans les Saintes Écritures, on ne le trouve nulle part dans le Coran. Tous les prophètes de la Bible parlent en son nom. Pourtant ce nom n’apparaît jamais dans le Coran et n’a aucun équivalent en arabe. Si Mohamed et les musulmans étaient de vrais adorateurs de Dieu ne seraient-ils pas déterminés à marcher au nom deYHWHle vrai Dieu (Mika 4:5).

(Jérémie 23:26-27) Jusqu’à quand cela existera-t-il dans le cœur des prophètes qui prophétisent le mensonge et qui sont des prophètes de la ruse de leur cœur ? Ils pensent faire oublier mon nom à mon peuple au moyen de leurs rêves qu’ils ne cessent de se raconter l’un à l’autre, comme leurs pères ont oublié mon nom par le moyen de Baal.

(2 Rois 17:29) Mais chaque nation en particulier fit son propre dieu, qu’elles déposèrent alors dans la maison des hauts lieux qu’avaient faite les Samaritains, chaque nation en particulier, dans leurs villes, là où elles habitaient.

(à méditer : Vatican, La Mecque, Médine, Nadjaf (pour les chiites), …)

Combien sont donc vraies les paroles que le prophète hébreu Michée consigna sous inspiration divine au huitième siècle avant notre ère !

Marcher au nom de YHWH ne signifie pas simplement dire qu’il est notre Dieu. Le facteur déterminant n’est pas simplement ce que nous disons ou prétendons être, mais ce à quoi nous mettons tout notre cœur, tout notre esprit, toute notre âme et toute notre force (Luc 10:27; Jacq. 1:22-27). Comme Paul l’a rappelé aux chrétiens de Rome, si notre vie n’est pas en harmonie avec la bonne nouvelle que nous prêchons, le nom de Dieu est “ blasphémé ”, traité sans respect. — Rom. 2:21-24.

Les bienfaits pour le juste qui invoque et qui place confiance en YHWH

Le nom de YHWH, une « forteresse au temps de détresse »

(Proverbes 18:10) Le nom de YHWH est une tour forte. Le juste y court et se trouve protégé.

(Psaume 9:10) Ceux qui connaissent ton nom mettront leur confiance en toi, car tu ne quitteras nullement ceux qui te cherchent, ô YHWH !

Remarque : Ce verset révèle une vérité fondamentale sur la tendresse que YHWH éprouve envers ses fils et sur l’intérêt qu’il leur porte. Dieu protège particulièrement les justes qui le recherchent activement, comme s’ils couraient s’abriter dans une tour forte. Mika n’avait aucun mal à faire confiance à YHWH, ce qui devrait être aussi votre cas. Il a déclaré : “ Pour moi, c’est YHWH que je guetterai. ” (Mika 7:5, 7). Contrairement aux humains, qui sont imprévisibles, YHWH a le désir et le pouvoir de réaliser son dessein, afin de justifier sa souveraineté et d’assurer le bonheur durable des hommes de foi.

De nos jours (avant la venue du grand et redoutable jour de YHWH) qui s’en tirera ‘sain et sauf ’ ?

(Yoël 2:31-32) Le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang, avant la venue du grand et redoutable jour de YHWH. Oui, il arrivera que tout homme qui invoquera le nom de YHWH s’en tirera sain et sauf ; car au mont Sion et à Jérusalem il y aura les rescapés, comme l’a dit YHWH, et parmi les survivants, que YHWH appelle. ”

(Actes 2:21) Et tout homme qui invoquera le nom de YHWH sera sauvé. ’

(Romains 10:13) Car “ tout homme qui invoquera le nom de YHWH sera sauvé ”.

Remarque : Pour invoquer le nom de YHWH, il ne suffit pas de le connaître et de le prononcer (Isaïe 1:15). Le contexte de Yoël 2:32 met en avant la repentance sincère et la confiance dans le pardon de YHWH (Yoël 2:12, 13). Invoquer le nom de Dieu signifie apprendre vraiment à le connaître, mettre sa confiance en lui, lui obéir et lui accorder la première place dans sa vie. Le service de YHWH devient la priorité des priorités. Cela contribue dans une large mesure à rendre une vie heureuse et longue, ce qui est une bénédiction venant de Dieu. — Matthieu 6:33.

Car “ tout homme qui invoquera le nom de YHWH sera sauvé ”. Cependant, comment invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas foi ? Et comment auront-ils foi en celui dont ils n’ont pas entendu parler ? Et comment entendront-ils sans quelqu’un qui prêche ? (Romains 10:13-14)

La sanctification du nom de Dieu

Sanctifier signifie “ rendre saint, mettre à part ou tenir pour sacré ”, donc ne pas l’employer de manière indigne, comme si c’était quelque chose de commun ou d’ordinaire, car Jéhovah ne laissera pas impuni celui qui prendra son nom de manière indigne (Ex 20:7; Is 6:1-3; Lc 1:49; Ré 4:8). Le nom de Jéhovah est “ grand et redoutable ” (Ps 99:3, 5), “ majestueux ” et “ à une hauteur inaccessible ” (Ps 8:1 ; 148:13), méritant d’être redouté. — Is 29:23.

JÉSUS CHRIST a enseigné à ses disciples : “ Vous devez donc prier ainsi : ‘ Notre Père dans les cieux, que ton nom soit sanctifié. Que ton royaume vienne. Que ta volonté se fasse, comme dans le ciel, aussi sur la terre. ’ ” (Matthieu 6:9, 10). Cette prière, que beaucoup connaissent comme le Notre Père, ou la prière du Seigneur, dévoile le dessein du Royaume de Dieu.

Tout d’abord, par l’intermédiaire du Royaume, le nom de Dieu sera sanctifié. Il sera purifié de tout le déshonneur dont il a été couvert à la suite de la rébellion de Satan et de l’homme. C’est indispensable. Pour connaître le bonheur, toutes les créatures intelligentes doivent tenir pour sacré le nom de Dieu et accepter de tout cœur son droit de régner. — Révélation 4:11.

De plus, le Royaume a été institué pour que ‘ la volonté de Dieu se fasse, comme dans le ciel, aussi sur la terre ’. Quelle est cette volonté ? Celle de rétablir les relations, perdues par Adam, entre Dieu et les humains. Le Royaume servira aussi le dessein du Souverain de l’univers, YHWH, celui d’établir sur la terre un paradis où les justes vivront pour toujours. Oui, le Royaume réparera tous les torts causés par le péché originel et fera du dessein de Dieu pour la terre une réalité (1 Jean 3:8). Du reste, c’est à ce Royaume et à ce qu’il accomplira que se rapporte le principal message de la Bible.