03/11/2009

Un peuple sur qui est invoqué le nom divin

Dieu, le Personnage le plus important de tout l’univers, a un nom. Quel est-il? Ce nom célèbre apparaît environ 7 000 fois dans la Bible. Par exemple, Psaume 83:18 le mentionne ainsi: “Toi, dont le nom est Jéhovah, tu es, toi seul, le Très-Haut sur toute la terre. En Israël, l’ancien peuple de Dieu, le nom divin occupait une place très honorée. Ils étaient connus partout comme étant le peuple qui adorait YHVH et sur qui son nom était invoqué.

(2 Chroniques 7:14) et si mon peuple sur qui a été invoqué mon nom s’humilie, s’il prie, cherche ma face et revient de ses voies mauvaises, alors moi, j’entendrai depuis les cieux, je pardonnerai leur péché et je guérirai leur pays.

En parlant de cette nation, on ne disait pas qu’elle adorait ‘le Seigneur’ ou ‘Dieu’, mais on lui associait toujours le nom de YHVH. En fait, les Écritures font ressortir le contraste qui existait entre Israël et “les royaumes qui n’invoquent pas ton nom”. — Ps. 79:6 ; Jér. 10:25.

Les archéologues ont découvert des documents qui confirment la Bible en attestant des peuples tels que les Egyptiens et les Moabites, identifiaient l’ancien peuple de Dieu, les Israélites, comme étant le « peuple de Jéhovah ».

Les Egyptiens

Quand Dieu se servit de Moïse pour délivrer Israël des mains du cruel pharaon d’Égypte, il fit connaître son nom d’une façon spectaculaire. Pharaon, en effet, s’exclama d’un ton provocant: “Qui est Jéhovah pour que j’obéisse à sa voix en renvoyant Israël?” (Exode 5:2). YHVH lui montra alors qui il était. Après avoir affligé l’Égypte de dix plaies dévastatrices, YHVH le vrai Dieu fit sortir son peuple de ce pays et partagea miraculeusement les eaux de la mer Rouge pour lui livrer passage. Mais l’élite de l’armée du pharaon périt dans ces mêmes eaux, lorsqu’elles se refermèrent sur les Égyptiens, les engloutissant tous.

YHVH démontra ainsi que son nom illustre est lié à son dessein de sauver ceux qui l’aiment et qui lui obéissent. Dieu le déclare lui-même plus de soixante fois par l’intermédiaire de son prophète Ézéchiel, ‘assurément ils sauront que je suis Jéhovah. — Ézéchiel 38:23.

La colonne de Soleb

En 1963, l’égyptologue et archéologue italienne Michela Giorgini, fait la découverte du temple d’Amun à Soleb (Soudan) datant de l’époque d’Amenophis III (1391-1353 avant notre ère). Ce temple qui est situé sur la rive gauche du Nil, à environ cinq cents kilomètres d'Assouan, Nubie,  attire notre attention sur ses colonnes massives dépeignant des captifs aux multiples origines les mains liées derrière leur dos. Sur le pourtour circulaire de chacune de ces colonnes figure aussi une inscription en hiéroglyphes indiquant  le dieu de chacun de ces prisonniers. Parmi ces nombreuses colonnes, il y en a une qui attire particulièrement notre attention car elle représente un esclave (prisonnier) israélite avec les mains attachées derrière le dos et la mention du “tétragramme” du Dieu de la Bible «YHWH» en caractères hiéroglyphes.

  

Détails du nom sur l’écusson :

 

Dans l’ordre correct :
t3 s3 sw w / y h w3 (w)

Certains spécialistes soulignent à juste titre que les voyelles égyptiennes ne sont pas très bien connues. Cependant, ce n’est pas le cas pour les mots d’origine étrangère car les Égyptiens utilisaient pour les mots d’origine étrangère une sorte d’alphabet standard avec des “matres lectionis” semi-consonnes utilisées comme voyelles. Dans ce système on prononce : “3” = “a”; w = u en ÿ = i.


En utilisant ce système, le hiéroglyphe ci-dessus se lit ainsi :
ta sasûw yehûa(w)


Ce qui se traduit en français par : “
le pays des nomades, ceux de Yehua(w). ”

L’expression “Shasus”, utilisée par les Égyptiens, se rapporte aux nomades vivant sous leur tente dans la région nord du Sinaï. À partir du 15ème siècle avant notre ère jusqu’au 12ème siècle avant notre ère les colons hébreux conquérant la Palestine étaient appelés “Hapirus”. Le mot “Apiru” ou “‘Habiru” signifie “nomades” dans les langues sémitiques.

 Yehua(w)”  ne peut pas s’identifier à un toponyme inconnu car les noms de lieux étaient souvent dérivés de noms. La preuve ce sont les endroits avec des noms tels que : pays de Juda (Deutéronome 34:2) et pays de Ramsès (Genèse 47:11). Ou si l’on fait référence aux toponymes du Moyen-Orient de cette époque : pays de Jakob-El, pays de Josep-El, pays de Lewi-El, etc.

Jean Leclant, orientaliste, égyptologue français et spécialiste de l'histoire et la civilisation pharaonique, écrit ceci : “ Il est évident que le nom sur l’écusson de Soleb dont nous discutons correspond au tétragramme du Dieu de la Bible « YHWH ». ” Il ajoute : “ Le nom de Dieu apparaît ici pour la première fois comme nom d’un lieu. ” D’après Gérard Gertoux, hébraïsant tétragrammiste et Doctorant en Archéologie et histoire des mondes anciens “ le Nom de Dieu se prononce Y.eH.oW.aH.”

 

Les Moabites

Au Xe siècle avant notre ère, Mésa, roi de Moab, un ennemi d’Israël, fit inscrire le nom divin sur sa stèle, qui a été découverte en 1868 à l’Est du Jourdain, à Dhibân, au N. de la vallée d’Arnôn et qui est exposée au musée du Louvre, à Paris. Elle présente la version du roi moabite Mésa de sa révolte contre Israël (voir 2R 1:1 ; 3:4, 5).

 

 

En hébreu ancien les mots étaient constitués de consonnes et se lisait de droite à gauche. La stèle est écrite dans une langue proche de l’hébreu. C’est de toute logique puisque les Moabites étaient les descendants de Lot, neveu d’Abraham. Non seulement cette stèle mentionne Omri, roi d’Israël, mais à la 18e ligne elle porte également le nom de Dieu sous la forme du Tétragramme.

Nous pouvons lire:

« C’est moi, Mesha, fils de Kamosh(gad), roi de Moab, le Dibonite. Mon père a régné trente ans sur Moab et moi, j’ai régné après mon père. J’ai construit ce sanctuaire pour Kamosh de Qerihoh, (sanctuaire) de salut car il m’a sauvé de tous les agresseurs et il m’a fait me réjouir de tous mes ennemis. Omri fut roi d’Israël et opprima Moab pendant de longs jours, car Kamosh était irrité contre son pays. Son fils lui succéda et lui aussi il dit : “J’opprimerai Moab”. De mes jours, il a parlé (ainsi), mais je me suis réjoui contre lui et contre sa maison. Israël a été ruiné à jamais. Omri s’était emparé du pays de Madaba et (Israël) y demeura pendant son règne et une partie du règne de son fils, à savoir quarante ans : mais de mon temps Kamosh l’a habité. J’ai bâti Ba’al-Me’on et j’y fis le réservoir, et j’ai construit Qiryatan. L’homme de Gad demeurait dans le pays de ’Atarot depuis longtemps, et le roi d’Israël avait construit ’Atarot pour lui-même. J’attaquai la ville et je la pris. Je tuai tout le peuple de la ville pour réjouir Kamosh et Moab. J’emportai de là l’autel de Dodoh et je le traînai devant la face de Kamosh à Qeriyot où je fis demeurer l’homme de Saron et celui de Maharot. Et Kamosh me dit : “Va, prends Neboh à Israël”. J’allai de nuit et je l’attaquai depuis le lever du jour jusqu’à midi. Je la pris et je tuai tout, à savoir sept mille hommes et garçons, femmes, filles et concubines parce que je les avais voués à ’Ashtar-Kamosh. J’emportai de là les vases de YHVH et je les traînai devant la face de Kamosh. Le roi d’Israël avait bâti Yahas et il y demeura lors de sa campagne contre moi. Kamosh le chassa de devant moi. Je pris deux cents hommes de Moab, tous ses chefs, et j’attaquai Yahas et je la pris pour l’annexer à Dibon. J’ai construit Qerihoh, le mur du parc et celui de l’acropole, j’ai construit ses portes et ses tours. J’ai bâti le palais royal et j’ai fait les murs de revêtement du réservoir pour les eaux, au milieu de la ville. Or, il n’y avait pas de citerne à l’intérieur de la ville, à Qerihoh, et je le dis à tout le peuple : “Faites- vous chacun une citerne dans votre maison”. J’ai fait creuser les fossés (autour) de Qerihoh par les prisonniers d’Israël. J’ai construit Aro’er et j’ai fait la route de l’Arnon. J’ai construit Bet-Bamot, car elle était détruite. J’ai construit Bosor, car elle était en ruine, avec cinquante hommes de Dibon, car tout Dibon m’était soumis. J’ai régné ... cent avec les villes que j’ai ajoutées au pays. J’ai construit ... Madaba, Bet-Diblatan et Bet-Ba’al-Me’on. J’ai élevé là ....troupeaux du pays. Et Horonan où demeurait ... Et Kamosh me dit : “Descends et combats contre Horonan”. J’allai (et je combattis contre la ville et je la pris ; et) Kamosh y (demeura) sous mon règne .... de là ... C’est moi qui ... » (Textes du Proche-Orient ancien et histoire d’Israël, par J. Briend et M.-J. Seux, Paris, 1977, p. 90, 91).

La Stèle de Mésha énumère aussi de nombreux lieux mentionnés dans la Bible : Ataroth et Nebo (Nb 32:34, 38) ; l’Arnôn, Aroër, Médeba et Dibôn (Jos 13:9) ; Bamoth-Baal, Beth-Baal-Méôn, Yahats et Qiriathaïm (Jos 13:17-19) ; Bétser (Jos 20:8) ; Horonaïm (Is 15:5) ; Beth-Diblathaïm et Qeriyoth (Jr 48:22, 24). Elle confirme donc l’historicité de tous ces lieux.

 

Jésus et ses disciples l’utilisaient.

Ainsi, à l’époque de Jésus et de ses disciples, le nom divin figurait bel et bien dans les copies des Écritures, tant dans les manuscrits hébreux que dans les manuscrits grecs. Jésus et ses disciples employaient-ils le nom divin à l’oral et à l’écrit ? Puisque Jésus condamna les traditions pharisaïques (Mt 15:1-9), il ne serait pas du tout logique de penser que Jésus et ses disciples se soient en l’affaire laissé guider par les conceptions des Pharisiens (comme celles rapportées par la Mishna). Le nom même de Jésus signifie “ YHVH est salut ”. Il déclara : “ Je suis venu au nom de mon Père ” (Jn 5:43) ; il apprit à ses disciples à prier : “ Notre Père dans les cieux, que ton nom soit sanctifié ” (Mt 6:9) ; ses œuvres, il les faisait, selon ses propres termes, ‘ au nom de son Père ’ (Jn 10:25) ; et la nuit qui précéda sa mort, il dit dans une prière qu’il avait manifesté le nom de son Père à ses disciples et demanda : “ Père saint, veille sur eux à cause de ton nom. ” (Jn 17:6, 11, 12, 26). Compte tenu de tout cela, lorsque Jésus citait les Écritures hébraïques ou en donnait lecture, il utilisait à coup sûr le nom divin, YHVH (comparer Mt 4:4, 7, 10 avec Dt 8:3 ; 6:16 ; 6:13 ; également Mt 22:37 avec Dt 6:5 ; Mt 22:44 avec Ps 110:1 ; et Lc 4:16-21 avec Isaïe 61:1, 2). Logiquement, les disciples de Jésus, parmi lesquels les rédacteurs inspirés des Écritures grecques chrétiennes, suivaient son exemple dans ce domaine.

 

Qu’en est-il de nos jours ?

De nos jours, à l’exemple des anciens serviteurs fidèles de Dieu, les vrais chrétiens utilisent le nom de Dieu. La religion que vous pratiquez le fait-elle ? Si elle s’en abstient, il se pourrait fort bien qu’elle ne soit pas la vraie religion, car Dieu dit : “Mon peuple connaîtra mon nom.”(És. 52:6) Non seulement ses serviteurs connaîtraient ce nom, mais ils le connaîtraient en tant que nom glorifié grâce aux hauts faits accomplis par Dieu lui-même. La Bible dit encore qu’avant la venue du grand et redoutable jour de Jéhovah : “Quiconque invoquera le nom de Jéhovah sera sauvé.” (Rom. 10:13; Joël 2:31-32). Ce commandement s’applique donc particulièrement aux vrais serviteurs de Dieu qui, de nos jours, vivent avant la venue du grand et redoutable jour de YHVH ce qui signifie au “temps de la fin”. Il importe donc que vous fréquentiez ceux qui exaltent le nom de Dieu et le traitent avec respect !

Commentaires

Dieu si quelqu'un devait retrouver des manuscrits de notre époque il affirmerait surement que le nom de Dieu est "Dieu" car c'est ce mot qu'on prononce dès que l'on veut parler de Lui.
Le fait de trouver 7000 fois yhwh ne prouve absoulement rien c'est juste une appellation comme une autre.

Écrit par : Esdé | 05/11/2009

à Esdé Lisez attentivement la Bible.

01-11-2009 YHVH, le seul vrai Dieu
Le nom personnel de Dieu, un nom pour des temps indéfinis





Le nom de Dieu en lettres hébraïques figure plus de 7 000 fois dans les Saintes Écritures.


Le nom personnel de Dieu ?


(Exode 3:15) Puis Dieu dit encore à Moïse : “ Voici ce que tu diras aux fils d’Israël : ‘ YHVH le Dieu de vos ancêtres, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob, m’a envoyé vers vous. ’ C’est là mon nom pour des temps indéfinis et c’est là mon mémorial de génération en génération.


(Isaïe 42:8) “ Je suis YHVH. C’est là mon nom ; et je ne donnerai ma gloire à aucun autre ni ma louange aux images taillées.


(Isaïe 54:5) “ Car ton Grand Auteur est ton propriétaire-époux, YHVH des armées est son nom ; et le Saint d’Israël est ton Racheteur. Il sera appelé le Dieu de toute la terre.


(Psaume 83:18) pour qu’on sache que toi, dont le nom est YHVH, tu es, toi seul, le Très-Haut sur toute la terre !

(Deutéronome 6:4) “ Écoute, ô Israël ! YHVH notre Dieu est un seul YHVH.


(Psaume 83:18) pour qu’on sache que toi, dont le nom est YHVH, tu es, toi seul, le Très-Haut sur toute la terre !


(Isaïe 45:18) Car voici ce qu’a dit YHVH, le Créateur des cieux, Lui, le [vrai] Dieu, Celui qui a formé la terre et qui l’a faite, Lui, Celui qui l’a solidement établie, qui ne l’a pas créée tout simplement pour rien, qui l’a formée pour être habitée : “ Je suis YHVH, et il n’y en a pas d’autre.

YHVH = un seul YHVH

dieu = plusiseurs (même si un seul vrai dieu)

(Jean 10:34-35) Jésus leur répondit : “ N’est-il pas écrit dans votre Loi : ‘ J’ai dit : “ Vous êtes des dieux ” ’ ? 35 S’il a appelé ‘ dieux ’ ceux contre qui la parole de Dieu est venue, et pourtant l’Écriture ne peut être annulée,

(Psaume 82:6) “ Moi, j’ai dit : ‘ Vous êtes des dieux, et vous tous vous êtes des fils du Très-Haut.
(1 Corinthiens 8:5) Car, bien qu’il y ait ceux qu’on appelle “ dieux ”, soit au ciel, soit sur la terre, tout comme il y a beaucoup de “ dieux ” et beaucoup de “ seigneurs ”,

à méditer.

Écrit par : Bruno | 05/11/2009

Le nom qui apparait 6800 fois dans l'ancien testament n'est pas "jéhovah" c'est YHWH (alphabet latin) qui représente la forme écrite du nom Vrai de Dieu
ce nom ne se lit pas "jéhovah"
Jéhovah est un mot assemblé au moyen age par un Catholique : YHWH + voyelle du mot adenoï
dans le mot "jehovah"
on trouve le mot "hovah" qui signifie calamité en hébreu.
preuve que le mot "jéhovah" n'a rein avoir avec la prononciation de YHWH qui est en réalité "YAHWEH"


Écrit par : disciple | 25/06/2010

à disciple "Ye.ho[u].wah" est la vraie prononciation du nom divin écrite avec les lettres hébraïques Yod, Hé, Vav, Hé.

Le tétragramme était aussi utilisé dans les noms de gens, où la voyelle "o" qui est celle du mileu était toujours utilisée. Exemples :

- Yoseph (Joseph en français)
- Yehoshua (Jésus en français)
- Yonathan (Jonathan en " ")
- Yosaphat (Josaphat ")
- Yehoahaz
- Yohachim
- Yoel
- etc.

Les noms des personnages bibliques, dont la prononciation correcte ne s'est jamais perdue, offre des indications concrètes quant à la prononciation ancienne du nom de Dieu.

A. J. Kolatch - Le livre juif du pourquoi, préfacé par le Grand rabbin Joseph Sitruk pp. IX, 347
Genève 1990, Éd. MJR "La référence biblique à Dieu comme Ye.ho.va. (Jéhovah), écrite avec les lettres hébraïques Yod, Hé, Vav, Hé, est généralement considérée être le nom 'authentique' de Dieu."

La prononciation "Yah.weh" n'est pas tout-à-fait exacte car le son "o" n'apparaît pas. "La prononciation Yahvé, proposée dans des versions récentes repose sur quelques témoignages anciens qui ne sont pas décisifs: on pourrait tout aussi bien reconstituer la prononciation en Yaho ou Yahou, en tenant compte des noms de personnes, dans lesquels le nom divin entre en composition, par exemple le nom hébreu du prophète Elie: Eliyahou."
glossaire de la version Segond révisée (1978, page 9)

Donc ce que les témoins de Jéhovah disent n'est pas sans fondement.

Cordialement.

Écrit par : administrateur | 28/06/2010

Le nom divin appartient à une seule personne En tout cas il y a une chose qui est exact. Seul Jéhovah (YHWH) est appelé TOUT PUISSANT dans la bible et personne d'autre à ce titre. Donc un Dieu Unique qui crée les choses et les personnes et qui domine sur sa création.
LEs vrais serviteurs qui veulent sanctifier le nom Divin se feront connaître par leurs actions. Comme Jéhovah le déclare à Pharaon en Exode 9:16: "son nom sera proclamé dans toute la terre".

Écrit par : Pierre | 06/07/2010

Le nom divin appartient à une seule personne En tout cas il y a une chose qui est exact. Seul Jéhovah (YHWH) est appelé TOUT PUISSANT dans la bible et personne d'autre à ce titre. Donc un Dieu Unique qui crée les choses et les personnes et qui domine sur sa création.
LEs vrais serviteurs qui veulent sanctifier le nom Divin se feront connaître par leurs actions. Comme Jéhovah le déclare à Pharaon en Exode 9:16: "son nom sera proclamé dans toute la terre".

Écrit par : Pierre | 06/07/2010

Bonsoir Pierre,

Merci pour votre commentaire, je suis à 100% d'accord avec vous. Vos commentaires seront les bienvenus.

Amitiés

Écrit par : administrateur du blog | 27/07/2010

Dans la traduction de ma bible, il est écrit dans exode 3 au verset 14-16:"Je suis" m'envoie vers vous... C'est mon nom à jamais, c'est mon souvenir de génération en génération. Et exode 9 v16:" Mais voici pourquoi je t'ai laissé subsister: c'est afin que tu vois ma puissance et que mon nom soit proclamé sur toute la terre". Il y a aussi dans exode 20 v24:"... tu me dresseras un autel de terre... en toute endroit ou j'aurai fait souvenir de mon nom, serai venu vers toi et t'aurai béni". Et aussi exode 23 v20-22:" Voici que j'envoie un ange devant toi... ne lui résiste point: car il ne pardonnerai pas votre infidélité, parce que mon nom est en lui". En résumé Dieu lui-même explique qu'une fois que son nom sera enseigner sur toute la planète, il descendra et se manifestera. Il naîtra comme un enfant normal, sans ses attributs divins, en toute endroit sur la terre. Pas obligatoirement en Israel. Et sera le seul à se souvenir de son nom et à le prononcer correctement puisqu'il est l'unique propriétaire. Donc le travail confier à Abraham en échange de la terre promise c'était son" nom". Le faire connaître partout. Chez les chrétien, c'est :"évangéliser".

Écrit par : serge | 16/08/2013

Les commentaires sont fermés.